Nouveau permis à 17 ans : une bonne idée pour la sécurité routière ?

Publié le : 30 juin 202311 mins de lecture

Le permis de conduire français va faire peau neuve en janvier 2024. La réforme prévue, qui concernera presque 900 000 jeunes, va leur donner la possibilité de conduire seul à partir de l’âge de 17 ans, à condition d’être passé par l’apprentissage anticipé (AAC). Une nouvelle qui a fait immédiatement réagir et provoqué l’inquiétude de nombreuses associations pour la sécurité routière, qui nous rappellent que les accidents de la route sont la première cause de mortalité chez les jeunes de 18-24 ans, alors que d’autres voix s’élèvent en faveur de la réforme. La question centrale se pose donc aujourd’hui. Ce nouveau permis B est-il réellement une bonne idée pour la sécurité routière ?

Conduite jeune conducteur : la loi actuelle

Depuis 2004, le permis de conduire probatoire est délivré aux nouveaux conducteurs avec un capital initial de 6 points. Pour atteindre le maximum de 12 points, ils doivent se soumettre à des règles particulières durant une période probatoire, dont la durée varie selon la formation de la conduite suivie. Les jeunes conducteurs doivent respecter certaines règles du code de la route durant les années où ils sont encore en période probatoire, comme des réductions de vitesse. Ils doivent aussi se conformer à une tolérance réduite du taux d’alcoolémie.

Comment conduire seul à 17 ans aujourd’hui ?

Il n’est pas encore possible de conduire seul à 17 ans sans accompagnateur en France. Mais depuis 2022, le gouvernement français a permis aux mineurs âgés de 17 ans de passer leur permis en conduite accompagnée. L’accompagnateur doit être signalé et validé par l’assurance du véhicule utilisé, qui exigera un relevé de situation à la personne qui souhaite devenir accompagnateur.

Peut-on passer le permis à 17 ans sans conduite accompagnée ?

Actuellement, les jeunes en conduite accompagnée peuvent déjà passer le permis B à 17 ans, mais n’ont pas le droit de conduire seuls avant leur majorité.

Combien de temps reste-t-on jeune conducteur ?

Si vous avez suivi une formation classique de la conduite, la période probatoire est fixée à 3 ans avant que vous ne soyez plus considéré comme jeune conducteur. Dans le cas de la conduite accompagnée, le permis probatoire a une durée réduite à 2 ans.

Combien de points a-t-on en tant que jeune conducteur ?

Les jeunes conducteurs ayant suivi la conduite accompagnée ont également un stock de 12 points sur leur permis de conduire dès 2 ans après l’examen.

Assurance auto et jeune conducteur

Lorsqu’un jeune conducteur cherche une assurance auto, il peut être confronté à des tarifs plus élevés que ceux proposés aux conducteurs expérimentés. Les tarifs d’assurance auto pour les jeunes conducteurs peuvent varier en fonction de plusieurs critères, tels que l’âge, le sexe, le lieu de résidence, le type de véhicule, le nombre de kilomètres parcourus, etc. En moyenne, une assurance auto pour un jeune conducteur qui roule avec sa propre voiture coûte entre 1200 et 1500 euros par an.

Les jeunes conducteurs chez nos voisins européens

Plusieurs pays européens permettent aux jeunes locaux, à l’image de ce qui se fait actuellement en France, de conduire seuls dès l’âge de 17 ans, mais avec un accompagnateur. Les règles différent légèrement entre les pays, comme par exemple la tolérance zéro vis à vis du taux d’alcoolémie en Allemagne.  À l’heure actuelle seule l’Islande permet aux jeunes conducteurs de 17 ans de conduire sans accompagnateur, et cela n’a pas modifié les statistiques d’accidents chez les jeunes.

La réforme de janvier 2024 : les nouvelles conditions prévues par le gouvernement

Le gouvernement français a ainsi annoncé une réforme du permis de conduire qui entrera en vigueur à partir de janvier 2024, et réfléchit également à d’autres réformes pour faciliter l’obtention du permis de conduire, telles que la suppression de la durée obligatoire des cours de conduite en auto-école pour alléger le coût global du permis. Le financement du permis de conduire pourrait également être pris en charge par les pouvoirs publics. Les aides de 500€, dores et déjà destinées au financement du permis pour les apprentis, pourraient être également accordées aux lycéens.

Quelles seront les nouvelles règles pour conduire à 17 ans ?

À partir de janvier 2024, il sera possible de passer le permis de conduire et de conduire sans accompagnateur à partir de 17 ans, au lieu de 18 ans actuellement. Cette réforme concerne tous les jeunes Français qui auront 17 ans en 2024. Les mineurs âgés de 17 ans en 2023 peuvent déjà passer leur permis en conduite accompagnée, mais n’ont pas le droit de conduire seuls avant leur majorité.

Est-ce que les nouveaux permis ont une date de validité ?

Oui, les nouveaux permis de conduire à 17 ans auront une date de validité de 15 ans. Cette date de validité n’annule pas le permis de conduire au bout des quinze années, mais il faudra simplement le renouveler. Cette réforme a été mise en place pour un format jugé plus sécurisé grâce à la biométrie. La durée de validité du permis de conduire se situe entre 1 et 15 ans, selon la catégorie de permis (voiture, moto, poids lourds…) . Si vous avez passé votre permis de conduire avant 2013 et que vous possédez encore l’ancien format (cartonné et de couleur rose), celui-ci est valable jusqu’au 19 janvier 2033.

L’attestation routière pourrait devenir une sorte de pré-code

Les attestations ASSR 1 et ASSR 2, délivrées pendant le collège, portent sur la connaissance des risques et des règles applicables pour chacun des types d’usagers : piéton, cycliste, cyclomotoriste, passager d’une voiture, futur automobiliste. Elles s’obtiennent dans le cadre d’un enseignement obligatoire des règles de sécurité routière, un enseignement qui pourra être renforcé pour devenir une sorte de « pré-code ».

Certains experts s’accordent pour dire que les conducteurs novices devraient profiter des mesures encadrant le permis de conduire à 17 ans pour acquérir une expérience précieuse et réduire ainsi le risque d’accident. En apprenant plus tôt et avec un encadrement efficace, ces jeunes deviendraient plus matures au volant, et plus rapidement.

Les arguments des détracteurs de la réforme

Les détracteurs de la réforme tirent la sonnette d’alarme en brandissant les statistiques du taux de mortalité sur la route chez les jeunes de 18/24 ans. Certains estiment que l’abaissement de l’âge minimum pour passer le permis de conduire à 17 ans pourrait augmenter le nombre d’accidents de la route impliquant des jeunes conducteurs. Ces derniers sont considérés comme plus à risque d’avoir un accident en raison de leur manque d’expérience sur la route, et certains craignent que l’abaissement de l’âge minimum ne fasse qu’aggraver cette situation.

D’autres estiment que l’abaissement de l’âge minimum pour passer le permis de conduire pourrait entraîner une augmentation de la demande pour les auto-écoles, ce qui pourrait faire monter les prix des cours de conduite, déclencher un recrutement massif de nouveaux examinateurs et par conséquent une baisse de la qualité de l’enseignement.

La déléguée générale de la Prévention Routière s’est opposée à la réforme, affirmant que la conduite accompagnée, qui est possible en France à partir de 15 ans, est une alternative plus sûre pour les jeunes conducteurs.

Certaines associations craignent par ailleurs une augmentation du nombre de voitures et du trafic routier, entraînant de l’insécurité routière et davantage de pollution.

La réaction de la Ligue contre la violence routière

Le Président de la Ligue contre la violence routière, Jean-Yves Lamant, considère que le permis de conduire à 17 ans est « une fausse bonne idée ». Il estime que l’âge de 18 ans est plus approprié pour passer le permis de conduire, car cela permettrait aux jeunes conducteurs d’acquérir plus d’expérience avant de prendre la route. Peu favorable, il estime que la mesure annoncée par Elisabeth Borne va augmenter la mortalité sur les routes.

Les mesures à mettre en place pour favoriser le sécurité

Les avantages d’un délai minimum de conduite accompagnée

La conduite accompagnée présente plusieurs avantages pour les jeunes conducteurs, et sa durée pourrait être rallongée dans le cadre de la réforme.

  • Les jeunes conducteurs ayant suivi la conduite accompagnée ont moins d’accidents de la route la première année de conduite, avec une réduction de 27% des accidents.
  • Les jeunes conducteurs ayant suivi la conduite accompagnée ont également plus de chances d’obtenir leur permis de conduire du premier coup, avec un taux de réussite de 73%.
  • La conduite accompagnée peut également avoir un impact sur le coût de l’assurance auto pour les jeunes conducteurs. Les compagnies d’assurance peuvent offrir des tarifs plus avantageux pour les jeunes conducteurs ayant suivi la conduite accompagnée.

Une formation post permis obligatoire

La réforme pourrait mettre en place un suivi à l’issue de l’obtention du permis autonome à 17 ans, avec une formation, un contrôle obligatoire ou un stage qui aurait de multiples bénéfices, et pas seulement pour la sécurité routière : une réduction de la période probatoire, un gain de points de permis plus rapide, une meilleure assurance au volant et des tarifs d’assurance auto plus avantageux. Un rendez-vous pédagogique qui pourrait s’avérer très précieux.

Comme toute réforme, celle du permis de conduire fait face aux détracteurs mais elle paraît d’un utilité évidente dans certaines régions qui sont mal desservies par les transports en commun, pour que les jeunes puissent se déplacer vers le travail, la formation ou les services de santé. Elle devra bien sûr être bien encadrée, avec par exemple des limitations de vitesse, de puissance de véhicule, des limitations horaires (interdiction de rouler le week-end, par exemple), ou bien l’interdiction de prendre des passagers pendant une période déterminée. Une mise en application intelligente et encadrée pourra garantir à la fois son succès et la sécurité sur nos routes.

 

 

Plan du site